COVID-19 : les enfants du Cambodge racontent leur confinement

LA VIE Des enfants des rues de Neak Loeung pendant le confinement

Habituellement accompagnés par Damnok Toek, notre partenaire qui leur permet d’accéder à l’éducation en commençant par un programme de remise à niveau, les enfants sont actuellement confinés dans leurs familles et dans des conditions très précaires. Les professeurs maintiennent le lien avec les enfants, les éducateurs restent proches des familles, mais la situation est complexe.

Samnang, 8 ans – Bénéficiaire du centre Damnok Toek depuis 2018

Samnang est un petit garçon de 8 ans. Il vit avec ses parents et ses 3 frères et sœurs à Neak Loeung, près du centre de Damnok Toek. Son père travaillait sur les chantiers de construction – aujourd’hui quasiment fermés du fait de la pénurie de ciment fourni par la Chine-, ou comme pêcheur. Samnang a intégré l’école du centre en 2018.

Depuis le 16 mars, la fermeture des écoles lui a imposé de rester chez lui et sa vie a changé.

Faute d’équipement – smartphone, TV – impossible de suivre les cours dispensés par le gouvernement. Très vite, les éducateurs de Damnok Toek sont allés dans les communautés pour suivre chaque bénéficiaire individuellement.

  • Samnang et sa famille ont été formés aux gestes barrière et ont reçu des kits d’hygiène et de la nourriture.
  • Damnok Toek lui a fourni des cahiers et des livres axés sur la littérature kmer et les mathématiques.

Ce qui a le plus manqué à Samnang, c’est de retrouver ses amis. Il attend la réouverture de l’école avec impatience.

Sot Ya, 11 ans – A l’école Damnok Toek depuis 2018 également

Sot Ya a 11 ans. Elle vit avec ses parents et ses 2 frères et sœurs près de Neak Loeung et a intégré l’école de Damnok Toek en 2018. Comme de nombreux Cambodgiens, son père est privé de travail sur les chantiers de construction du fait de la crise du COVID 19 et sa famille est considérée comme particulièrement vulnérable.

C’est son institutrice qui lui a parlé du COVID 19 pour la première fois

  • Elle lui a expliqué ses effets, des forts risques de propagation et des gestes barrières à adopter pour la limiter.
  • La distribution de nourriture et de kits d’hygiène par Damnok Toek suffit à peine à couvrir leurs besoins.
  • Et Sot Ya souffre d’être privée de ses amis, de devoir travailler seule chez elle – ni ordinateur, ni smartphone -, même si les instituteurs et éducateurs de Damnok Toek viennent à son domicile plusieurs fois par semaine

Le confinement dans le centre de protection de Takmao

Témoignages de Panha MOEURN, jeune garçon de 15 ans en grade 6 (équivalent 6ième), et Sreyheng VEY, jeune fille de 17 ans en grade 10 (équivalent classe de seconde).

Recueillis respectivement en 2017 et en 2011 dans le centre de protection permanent de Takhmao, Panha et Sreyheng sont actuellement confinés dans le centre à cause de l’épidémie de Covid-19. Tous deux vivent plutôt bien la situation, même s’ils ne s’attendaient pas à ne plus pouvoir sortir du centre aussi longtemps.

Un sentiment de sécurité partagé

Un peu stressés au départ, ils ont été vite rassurés par les explications du directeur du centre, appris les gestes barrière avec les travailleurs sociaux, regardé des reportages TV et se sentent aujourd’hui en sécurité au sein du centre. L’école, fermée depuis le 16 mars, et leurs camarades, leur manquent.

Très vite plusieurs groupes de travail ont été organisés par les travailleurs sociaux en fonction des niveaux scolaires de chacun et les jeunes se sont entraidés pour suivre le programme scolaire, et ils ont suivi les cours en ligne proposés par le gouvernement.

En outre, Panha et Sreyheng profitent des nombreuses activités organisées dans le centre.

Ils participent activement à la création d’un jardin potager et suivent des cours de cuisine. Ils font aussi régulièrement du sport avec les autres jeunes du centre. Différentes activités artistiques sont également mises en place. Sreyheng aime particulièrement la création de fleurs en papier et la peinture. Les deux jeunes sont aussi contents de pouvoir suivre des cours de danse traditionnelle khmère et de faire du karaoké une fois par semaine.

 

> Pour soutenir les actions de nos partenaires, faites un don en ligne !

Partagez l'article
Facebook
Twitter
LinkedIn

Equipe bénévole d'Alsace-Lorraine

Nancy (54)
Contact : Corinne CLAUDEL

Equipe bénévole de Bresse-Auvergne

Villerest (42)
Contact : Guy VEILLAS

Equipe bénévole de Rhône-Alpes

Lyon (69)
Contact : Emmanuelle GAIDE

Voiron (38)
Contact : Louis-Marie SOURICE

Equipe bénévole de Languedoc-Provence

Avignon (84)
Contact : Gaëtan CHAPLEAU

Equipe bénévole du Sud-Ouest

Anglet (64)
Contact : Bernard MARTIN

Equipe bénévole du Centre-Ouest

Niort (79)
Contact : Bernard REVELLAT

Equipe bénévole de Pays de Loire-Bretagne

Le Fenouiller (85)
Contact : Alain CHAILLOU

Equipe bénévole du nord

Louvil (59)
Contact : Martine DUCROQUET

Equipe bénévole d’Ile-de-France

Mennecy (91)
Contact : Brigitte BRIANT