Covid-19 : focus sur nos partenaires qui réorientent leurs actions

LIBAN – Nos partenaires à l’épreuve des crises

A Beyrouth et Tripoli, des émeutes de la faim ont éclaté « Ne nous confinez pas, nourrissez-nous ». L’épidémie de coronavirus paralyse le pays et exacerbe la crise économique sans précédent qui touche le Liban depuis plusieurs mois. La précarité s’accentue pour les familles les plus pauvres.

Nos partenaires libanais TWT et Libami s’organisent pour continuer à être présents auprès des populations. Si à l’origine ils interviennent sur des programmes d’éducation et d’accompagnement familial, ils ont réorienté leurs actions sur de l’aide alimentaire.

L’équipe de TWT continue de se réunir au téléphone et maintient le lien avec les familles : idées d’activités éducatives et ludiques pour occuper les enfants, rappel sur les gestes sanitaires, réponses aux questions que se posent les familles sur la situation … Tandis que Libami distribue aux familles des denrées alimentaires, car elles n’ont plus les moyens de s’approvisionner.

INDE – Enrayer la propagation du virus en milieu rural

En Inde, parmi l’immense population appelée au confinement et désormais privée des maigres revenus de journaliers, la peur de manquer de denrées alimentaires prévaut à la peur d’un virus dont ils n’ont pas les moyens de se protéger (pas d’eau courante pour se laver les mains, difficile d’appliquer les gestes barrières dans des petites habitations).

L’équipe de l’école Shanti School se mobilise pour distribuer des colis alimentaires aux familles, ainsi que des kits de protection.

La distribution est assurée régulièrement auprès des familles de la communauté.

HAITI – ENCOURAGER L’AGRICULTURE POUR GAGNER EN AUTONOMIE ALIMENTAIRE 

A Carice, les enfants des CTBV (centres maternels) sont éparpillés dans leurs familles respectives, une délégation du comité administratif sera en mission auprès de certains parents pour les encourager à observer les mesures d’hygiène. Le confinement vient alourdir la charge des parents, qui sont d’habitude soulagés quand les enfants viennent à l’école et y mangent. Il est donc prévu une distribution de nourriture dans les familles où les enfants sont le plus exposés à la misère : l’argent normalement consacré pour les repas des enfants à la cantine y sera dédié.

Dans les mois à venir, la misère et la famine s’aggraveront, Haïti ne produit pas, toutes les frontières sont fermées, il faudra prévoir de distribuer des semences à des groupes de parents pour les encourager à réaliser des jardins de maïs et d’haricots en vue de subvenir à leurs besoins futurs.

Partagez l'article
Facebook
Twitter
LinkedIn

Equipe bénévole d'Alsace-Lorraine

Nancy (54)
Contact : Corinne CLAUDEL

Equipe bénévole de Bresse-Auvergne

Villerest (42)
Contact : Guy VEILLAS

Equipe bénévole de Rhône-Alpes

Lyon (69)
Contact : Emmanuelle GAIDE

Voiron (38)
Contact : Louis-Marie SOURICE

Equipe bénévole de Languedoc-Provence

Avignon (84)
Contact : Gaëtan CHAPLEAU

Equipe bénévole du Sud-Ouest

Anglet (64)
Contact : Bernard MARTIN

Equipe bénévole du Centre-Ouest

Niort (79)
Contact : Bernard REVELLAT

Equipe bénévole de Pays de Loire-Bretagne

Le Fenouiller (85)
Contact : Alain CHAILLOU

Equipe bénévole du nord

Louvil (59)
Contact : Martine DUCROQUET

Equipe bénévole d’Ile-de-France

Mennecy (91)
Contact : Brigitte BRIANT