Imprimer
Navigation

Les enfants, premières victimes du changement climatique

rechauffement climatique et inondations Bangladesh

Le Conseil des droits de l'homme assure que les effets des changements climatiques sont néfastes sur l'action que mènent les États pour réaliser les droits de l'enfant : « les changements climatiques ont des répercussions importantes sur les droits de l'enfant. L'apathie environnementale doit cesser, le manque d'information du public est un des obstacles les plus importants au développement durable et à la lutte contre les changements climatiques. Notre inaction remet en cause la notion même de justice. »

COMMENT AGIR ?

De nombreux pays soulignent que les femmes et les enfants sont les premières victimes des changements climatiques et que ce sont les populations les plus pauvres qui en souffrent le plus.  

Depuis 2016, les AEM et ses partenaires agissent en portant le projet de « transformation carbone » avec un double objectif :

  • sensibiliser le public aux effets du réchauffement climatique
  • et réaliser des projets concrets en faveur des enfants.

En 2018, notre partenariat avec Voyager Autrement s’annonce être un beau succès : des centaines de voyageurs ont été sensibilisés et un soutien financier de l’ordre de 10 000 € sera apporté au projet de l’un de nos partenaires, dédié aux enfants des plus démunis.

Nos remerciements sincères à tous les voyageurs solidaires donateurs, à l’équipe de Voyager Autrement, ainsi qu’à la Fondation Vacances Bleues !

l’impact du réchauffement climatique sur les enfants

Nos enfants sont parmi les plus exposés de la planète

affirment les représentants du Vietnam, des Philippines et du Bangladesh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inondations au Bangladesh en 2017, région des Chars, photos de notre partenaire Friendship

 

 

La prise de conscience de l’impact du réchauffement climatique sur les enfants les plus vulnérables est de plus en plus aigüe et argumentée.

En 2017 à Genève, Mme Hicks, du Haut-Commissariat des Droits de l’Homme des Nations Unies, a ouvert la réunion du « Conseil des droits de l'homme » en soulignant que « le changement climatique menace non seulement la vie et la santé physique des enfants mais également leur identité, leurs moyens d'existence et leur environnement. L'inaction face aux effets des changements climatiques sur les droits de l'enfant remet en cause la notion même de justice ».

Lors de cette réunion de l’ONU, le représentant du Vietnam s’est montré particulièrement concerné. Il a considéré que les enfants de son pays étaient parmi les plus vulnérables et a fait part des efforts entrepris pour les protéger des évolutions du climat :

« Le Vietnam se situe à la 13ème place des 170 pays les plus  exposés aux affres du changement climatique. Il est l’un des 16 pays les plus à risque compte tenu  de son taux de pauvreté, de sa densité démographique et d’une dépendance vis-à-vis des terres agricoles facilement touchées par les inondations ou la sécheresse. Les droits des enfants pourraient être compromis sur plusieurs plans : la santé, la vie, l’économie familiale, l’accès à l’éducation et aux soins médicaux…  »

Chefs d’états ou simples citoyens, passons à l'action !

Focus sur notre partenariat avec Voyager Autrement

« Voyager Autrement, des rencontres à partager » - Crédit Photo Voyager Autrement - photo d’Alain Dutasta, voyageur solidaire fidèle. Rencontre dans un orphelinat de Ho Chi Minh Ville, 2011.

Le principe de la « transformation carbone »  est de permettre à chacun de « transformer » les émissions de CO2 de la vie quotidienne (son empreinte carbone), en soutien à projets bons pour la planète.

Deux projets, portés par des partenaires locaux des AEM en faveur des enfants déjà soutenus par nos actions, sont proposés simultanément pour ces appels à dons ciblés :

  • l’un pour éviter les émissions de CO2 (installation de panneaux solaires en remplacement de sources d'énergie fossile),
  • l’autre pour séquestrer les émissions de CO2 (plantation d'arbres).

Voyager Autrement, agence de voyages spécialisée dans le tourisme responsable et solidaire, a choisi le projet de plantations pour proposer à ses clients de neutraliser l’empreinte carbone de leur voyage.

> Pour un voyage au Vietnam par exemple, une contribution de 103 € pour la transformation carbone des émissions de CO2, générées par le transport aérien et terrestre, est proposée à chaque voyageur.

La Fondation Vacances Bleues, conquise par la démarche, a décidé de doubler les sommes versées. Cette démarche est suivie par la majorité des voyageurs, un beau succès pour Voyager Autrement.

> L’estimation des dons collectés pour les AEM en 2018 devrait être de l’ordre de 10 000 €. Cela correspondra à environ 60 - 70 personnes à la fibre plutôt solidaire, qui connaîtront ainsi les projets de notre association.

Une boucle vertueuse : la sensibilisation de centaines de voyageurs, un projet solidaire concret, ciblant les enfants les plus démunis!

Ainsi en 2018, grâce aux voyageurs de Voyager Autrement, soutenus par la Fondation Vacances Bleues, ce sont 3350 arbres qui pourront être plantés par les villageois de Thottiyapatty, dans le cadre du projet de développement communautaire rural soutenu par SEVAI en Inde du Sud.

Les arbres permettront d’assurer du maraichage en agroforesterie et de valoriser des terrains secs à proximité du village.

Ces plantations représentent des sources de revenus futurs pour les familles, gages d'un développement durable pour les enfants que nous soutenons.

 

Pour en savoir plus sur les projets « transformation carbone » soutenus, cliquez-ici !

 

Navigation