Témoignages de parrains

Chaine du parrainage AEM

Don ou parrainage, à chacun de trouver la formule qui lui convient.
ONG "à taille humaine", les AEM entretiennent une chaîne de relations étroite entre donateur et les enfants accueillis dans les structures locales.
Nos parrains ou donateurs témoignent !

parrains et donateurs temoignent ...

Mme Pérochon, en Vendée

On connaît les personnes qui s’en occupent, on voit le sérieux des actions.

« C’est à l’occasion de l’adoption de nos petits enfants que nous avons connu les AEM. Nous sommes naturellement devenus parrains, aux Philippines, leur pays d’origine.

Le parrainage collectif

« Au début, on pensait à un parrainage individuel, mais on a tout à fait compris qu’il était plus efficace de faire un parrainage Pays. On nous a montré des reportages, expliqué les actions auprès des enfants, et il est devenu évident et logique qu’il faut mieux un budget pour le pays, à partager entre tous, selon les besoins. »

La continuité et la fidélité

On s’est engagés dans un parrainage, et on a le désir de continuer, tant que nos moyens le permettent. C’est dans la durée aussi qu’on est utile. Et c’est en restant fidèles à une association qu’on lui permet d’avoir de la visibilité et de bien travailler.

C’est important pour nous de voir les actions menées dans d’autres pays également, avec le même dévouement, la même générosité.

On participe aussi parfois aux manifestations locales : assemblées générales, concert, et le fameux carnet de tombola ! Une autre manière de donner et partager. »

Valérie, donatrice

Savoir où va l’argent et être sûr que le maximum va aux enfants, que les frais de fonctionnement sont minimisés....

« Je donne aux AEM depuis plus de 5 ans. Ca faisait un moment que je voulais participer à une action vers les autres, ce qui m’a convaincu aux AEM, c’est que je connaissais une personne impliquée dans l’association qui m’a expliqué leur fonctionnement.

C’est ce qui me manquait pour passer à l’acte :

Les AEM s’appuient sur un réseau quasi exclusivement bénévole, et j’ai confiance en leur sérieux : je sais que des délégués vont en mission dans les pays, connaissent vraiment les structures et qu’il y a de vrais arbitrages sur les pays et organismes à aider.