Marché de Noël solidaire de Saint Guillaume (44)

aide à la scolarisation en Ethiopie

Pour soutenir l'école d'Hawassa en Ethiopie, les 160 élèves de l'école Notre Dame de Lourdes de Saint Guillaume, jolie commune près de Pontchâteau (44) ont confectionné des décorations de Noël et des confiseries. Leurs travaux vendus au moment du Marché de Noël a permis la remise le 20 décembre d'un chèque de 705 euros.

Les mercredis 6 et 13 décembre, tous les élèves ont participé à des ateliers multi-âges pour la confection d’une décoration pour Noël. Ces dernières ainsi que des friandises, réalisées également par les enfants, ont été vendues lors du marché de Noël de l’école le vendredi 15 décembre. Tous les profits réalisés lors de cette manifestation ont été reversés à l’association Les Amis des Enfants du Monde.

Pour en savoir plus, cliquez ici !

 

L'école d'Hawassa en Ethiopie......................................et les enseignants de St Guillaume participants de l'opération solidaire.

Extrait du rapport de mission 2017 des équipiers pour l’Ethiopie :

"Tout au bout des 4 heures de routes cahoteuses, nous arrivons à Hawassa. Le projet d’autoroute vers le sud d’Addis Abeba tarde à aboutir vers cette ville, que nous dépassons pour un village de campagne voisin. Nous sommes invités par les notables du village, à nous rafraîchir sous l’ombrage d’un bel arbre. S‘ensuivent les palabres : après les remerciements, nous avons écouté le Kebele, le responsable de district, un patriarche référent, fermier de caféiers, la délégation de parents : tous sont soucieux de nous faire bel accueil, nous représentons beaucoup d’espoirs autour du traditionnel café.

A la suite de ce temps d’écoute traduit par un interprète, nous faisons le tour du village, de l’école.  L’état sanitaire global est sommaire, pas d’eau, des classes sombres, faites de moellons de terre recouverts de tôle. Les enfants sont, très sales et tristes, habillés de loques déchirées. La malnutrition est apparente, peau pâle, portant des lésions, des œdèmes, leurs yeux sont fiévreux. Les cahiers ne sont que des feuillets encartés dans un papier d’emballage, le minimum nécessaire pour travailler est absent, et pourtant cela fonctionne par la volonté des parents. Le futur de l’Ethiopie repose bien sur sa jeune population et l’intérêt de l’école n’est plus pour eux à prouver. Les familles pauvres ont d’énormes difficultés à scolariser leurs enfants mais cela reste pour eux une forte priorité.

Le projet serait d’intervenir auprès des maternelles de 3 écoles primaires crées par un collectif de parents il y a 25 ans. Nous pourrions permettre le recrutement de bons professeurs. Salaires corrects pour fidéliser un enseignement stable et durable. Dans chaque école deux classes de 35 élèves, chacune son instituteur le tout supervisé par le directeur de l’école.

Cette visite est suivie de celle de l’école de Wonji que nous suivons depuis trois ans et par contraste nous mesurons encore mieux les progrès réalisés là et les cruels besoins d’Hawassa."

En savoir plus sur nos programmes en Ethiopie.